Article

Réflexions partagées : Retours sur le colloque “Enfance + culture = socialisation” – épisode 3

Les « Réflexions partagées » sont un espace de partage de lectures, de recherches et de réflexions sur la médiation culturelle et l’éducation artistique et culturelle mises en perspective avec des travaux sur le développement de l’enfant.

Dans cet article, retours sur le Colloque « Enfance + culture = socialisation » qui s’est tenu en distanciel du 8 au 19 janvier. Il fut organisé par le Département des études, de la prospective et des statistiques (Ministère de la culture), l’équipe CIRCEFT-ESCOL (Université Paris 8) et du Centre Pompidou.

L’enjeu de ce colloque qui rassemblait près de 50 chercheurs était de réinterroger les catégories de l’enfance et les catégories d’objets culturels ainsi que leurs liens, au prisme des médiations, familiales, marchandes ou institutionnelles en s’interrogeant sur les nouvelles dispositions de socialisation.

Le colloque était organisé autour de 5 conférences plénières et plus de 30 communications en ateliers réparties en 3 thématiques :

  • Thème 1 : Étudier les jeunes enfants : vers une sociologie du développement ?
  • Thème 2 : Reproduction des inégalités culturelles : quels éclairages internationaux ?
  • Thème 3 : Socialisation et TIC : le réenchantement du monde culturel ?

J’ai pu assister à 7 conférences et ateliers en me concentrant essentiellement sur les thématiques 1 et 2. Voici un retour subjectif sur les communications de travaux de recherches concernant le développement de l’enfant, l’Education culturelle et artistique et la socialisation culturelle. Je vous propose une sélection de communications qui m’ont le plus fait réfléchir et je partage avec vous les questionnements suscités.

Episode 3 : Education artistique et socialisation familiale
autour de la communication de Marie-Pierre Chopin

Communication de Marie-Pierre Chopin : « Les projets d’éducation artistique et culturelle rebattent-ils les cartes des socialisations familiales ? Étude d’un projet danse auprès de neuf classes d’école primaire en France »

Cette communication s’insérait dans l’Atelier scientifique et professionnel « Dispositifs d’éducation artistique et culturelle ». Marie-Pierre Chopin est Professeure des universités – Sciences de l’éducation et de la formation – Université de Bordeaux – CeDS

Pour répondre à la question : « Les projets d’éducation artistique et culturelle rebattent-ils les cartes des socialisations familiales ? » Marie-Pierre Chopin avance deux hypothèses.

La première hypothèse est qu’il existe différents types de socialisation familiale qui n’interagissent pas de la même façon avec les socialisations artistiques produites dans le cadre scolaire. Il est essentiel de formuler une distinction entre deux dimensions des socialisations familiales : celle renvoyant aux pratiques culturelles d’une part ; celle liée au style éducatif sous l’angle du rapport à la règle qu’il institue d’autre part.

La seconde hypothèse est que les socialisations familiales ne sont pas les seules à déterminer l’effet des projets d’EAC – Education Artistique et Culturelle. La nature des situations artistiques et pédagogiques effectivement aménagées doit être considérée.

Dans cette communication Marie-Pierre Chopin a choisi de se concentrer sur la première hypothèse. Pour développer son propos, elle présente le projet « EspritDeCorps_Critique » initié par la Manufacture – CDCN Nouvelle-Aquitaine*, en collaboration avec la DESDEN** de Gironde.

Ce projet concerne des classes de primaire et est composé de :

  • 8h d’atelier de pratique artistique avec un chorégraphe ou un interprète dont la pièce est programmée dans le cadre d’un festival de danse jeune public
  • 6h d’intervention d’un journaliste (spécialisé art – présentation du métier et atelier d’écriture)
  • Découverte de la pièce créée ou interprétée par l’artiste intervenant en la présence d’un journaliste
  • Organisation d’un débat entre enfants à propos de la danse, à l’issue du projet.

Le projet est présenté comme idéal-typique car il est ajusté aux différents attendus définis par exemple par la charte pour l’EAC de 2016, rédigée par le HCEAC*** :

  • les 3 piliers des projets EAC y sont présents : les rencontres avec les artistes et les œuvres ; les pratiques artistiques, les connaissances
  • la présentation de l’art comme levier pour le développement de compétences transversales (en résonnance avec la logique de socle de l’Education Nationale)
  • la définition de ces compétences avec un enjeu de société : le développement de l’esprit critique.

L’intérêt du projet pour l’équipe de recherche est qu’il fut reconduit de 2017 à 2020, ce qui permet d’avoir des interlocuteurs stables et une pérennité dans la mise en œuvre favorisant exploration et approfondissement des analyses.

Depuis 2017, 11 classes d’école primaire ont bénéficié de ce projet. Marie-Pierre Chopin a réalisé des observations sur 9 d’entre elles (180h soit environ 20h par classe), mené des entretiens auprès des enseignants, co-construit avec ces dernières des données de caractérisation des élèves et de leur implication dans le projet (niveau scolaire, absence, présence et nature des effets constatés du projet), et diffusé des questionnaires auprès de 150 familles (7 classes, sur les 2 dernières années du projet).

Ces derniers devaient permettre de caractériser :

  • les positions sociales (type de foyer, niveau d’étude, catégorie socio-professionnelle)
  • les pratiques culturelles des enfants au sein de leur famille (sortie cinéma, bibliothèque, musée, spectacle…)
  • les pratiques d’éducation familiale et le rapport à la règle : style libre (peu de contraintes), style souple (règles posées mais parfois outrepassées), style plutôt rigide (règles strictes).

Marie-Pierre Chopin présente ainsi une analyse factorielle de correspondances multiples permettant de décrire la façon dont se regroupent les élèves participants au dispositif. Les résultats permettent de distinguer quatre groupes s’opposant sur deux axes.

Axe 1 :

  • Groupe 1 : pas de fréquentation des bibliothèques et des musées, les parents n’ont pas le bac, principe éducatif cadrant et style éducatif rigide. Cette classe est en opposition totale avec le groupe 4.
  • Groupe 4 : fréquentation des bibliothèques et des musées ainsi que des salles de théâtre, niveau d’étude des parents élevé.

Ce résultat classique confirme l’association déjà attestée entre niveau social et type pratiques culturelles. Mais le plus important selon Marie-Pierre Chopin est que les variables liées à l’effet du projet ne contribuent pas à ce premier axe. Pour le dire autrement, il apparaît que les socialisations familiales liées aux pratiques culturelles ne s’ajustent pas à des types d’effet particulier du projet d’EAC, contrairement à l’idée répandue selon laquelle ces derniers pourraient être plus profitables aux élèves les mieux dotés culturellement.

"La socialisation culturelle dans les familles ne surdétermine pas, dans le cadre de ce projet, le bénéfice de l’éducation artistique reçue dans le cadre scolaire"

Marie-Pierre Chopin

Axe 2 :

Pour aller plus loin dans la recherche, Marie-Pierre Chopin analyse les caractéristiques des groupes 2 et 3 :

  • Groupe 2 : pas de pratique artistique en dehors de l’école, pas de fréquentation de structures culturelles, style éducatif souple.

Marie-Pierre Chopin explique que ce style éducatif est propice aux apprentissages (car les enfants sont habitués à la perturbation et à l’accommodation). Les enfants sont ainsi disposés à prendre des risques, à s’ouvrir et à accueillir la nouveauté. Ce sont les élèves de la classe 2 qui ont le plus profité du dispositif.

  • Groupe 3 : pratique culturelle modérée, style éducatif libre sans contraintes, principe d’éducation tourné vers l’ouverture. Bénéfice positif mais pas facile d’entrer dans le dispositif.

Marie-Pierre Chopin conclut en rappelant le caractère non explicatif mais essentiellement descriptif du type d’analyse produite. Ici la description reste néanmoins particulièrement éclairante. D’une part, elle fait apparaître que la socialisation culturelle dans les familles ne surdétermine pas, dans le cadre de ce projet, le bénéfice de l’éducation artistique reçue dans le cadre scolaire. D’autre part, elle invite à mieux considérer l’effet des dimensions des socialisations familiales liées aux types de rapport à la règle produits par les socialisations familiales (dont les travaux montrent qu’ils sont eux-mêmes fortement liés à des styles éducatifs) sur le bénéfice de l’éducation artistique et culturelle à l’école.

Les réflexions qui ont surgi à l’écoute de cette communication

Le travail de Marie-Pierre Chopin est intéressant dans la corrélation qui apparaît entre le style éducatif et la socialisation culturelle. Le mode éducatif serait plus déterminant que la socialisation culturelle elle-même. En effet, un mode éducatif souple et ouvert permet de donner des clés aux enfants pour aller vers l’art et la culture même s’ils en sont éloignés. Cela fait apparaître l’idée qu’il est essentiel d’inclure les parents dans les projets d’EAC afin de permettre des espaces de rencontre et de dialogue. Puisque l’éducation est rattachée au domaine du privé. Les ateliers parents-enfants et les projets intergénérationnels prennent encore plus de sens afin de vivre une expérience culturelle partagée qui peut nourrir les styles éducatifs de chacun.

* La Manufacture est un CDCN, Centre de Développement Chorégraphique National. Comme les 13 autres CDCN en France, il inscrit au centre de son projet artistique la rencontre entre les œuvres et les publics. L’objectif de La Manufacture CDCN est de développer la danse contemporaine en région Nouvelle-Aquitaine par une programmation exigeante, le soutien de compagnies émergentes et des actions de médiation d’éducation artistique et culturelle.

** DSDEN signifie Direction des services départementaux de l’Education nationale. À l’échelon départemental, les services de l’Éducation nationale sont rassemblés au sein de la DSDEN dont l’organisation varie d’un département à l’autre. Ces directions sont chargées de la mise en œuvre de l’action éducatrice et de la gestion des personnels et des établissements qui y concourent dans le cadre de l’application de la stratégie académique.

*** HCEAC signifie le Haut Conseil de l’Education Artistique et Culturelle. Crée en 2005, le HCEAC a pour mission d’assurer la promotion des arts à l’École. Il se compose de 30 membres et est animé par Emmanuel Ethis, recteur de la région académique Bretagne.

Pour aller plus loin

Une publication scientifique est en cours de préparation, à paraître fin 2021, dans le cadre d’un ouvrage collectif porté par le DEPS.

Retrouvez les articles et les travaux de recherche de Marie-Pierre Chopin sur son site

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réalisations similaires

Rémi Deslyper

Réflexions partagées : Retours sur le colloque “Enfance + culture = socialisation” – épisode 4

Article
Claire Desmitt- Education artistique et culturelle

Réflexions partagées : Retours sur le colloque “Enfance + culture = socialisation” – épisode 2

Article

Réflexions partagées : Retours sur le colloque “Enfance + culture = socialisation” – épisode 1

Article